Étude d’évaluation finale du projet “Appui à la consolidation de la paix, la réconciliation nationale et la résolution pacifique des conflits en RCA – at DanChurchAid


Étude d’évaluation finale du projet “Appui à la consolidation de la paix, la réconciliation nationale et la résolution pacifique des conflits en RCA – at DanChurchAid

1. Contexte et description du projet :

DCA intervient en RCA depuis 2015 à travers un programme intitulé : « Pour des Communautés plus sûres » dans les préfectures de la Nana-Mambéré, la Mambéré-Kadei, l’Ombela M’Poko, la Lobaye et Bangui la capitale. Ce programme était financé par l’Agence Danoise pour le Développement International (DANIDA). Dans le but de stabiliser les communautés, l’ONG Internationale DanChurchAid (DCA) encourage l’organisation d’analyses participatives sur les conflits et les violences armées ainsi que l’élaboration des plans locaux de développement et de sécurité appelés plans d’action pour la paix et le développement communautaire (PAPDC). De plus, DCA organise des activités de sensibilisation et d’éducation aux risques (ER) sur les restes et explosifs de guerre (REG) et sur les armes légères et petits calibres (ALPC). En 2015, les activités de DCA étaient focalisées sur la réduction de la violence armée (RVA), l’éducation des risques liés aux engins non-explosés dans les préfectures de l’Ouham et la Nana-Gribizi avant de s’étendre en juin 2016 dans les préfectures de la Vakaga, la Nana-Mambéré, la Haute-Kotto, la Ouaka, la Mambéré-Kadei, la Sangha Mbaéré et Bangui.

Depuis janvier 2019 et jusquau 31 mars 2022, DCA implémente un projet de trois (3) ans sous financement de l’Union Européenne (UE) dans le cadre de l’Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix (IcSP). Le projet couvre quarante-deux (42) sous-préfectures dans neuf (9) préfectures de la République Centrafricaine, notamment la Kémo, le Mbomou, la Mambéré-Kadéi, la Nana-Mambéré, la Nana-Gribizi, la Ouaka, l’Ouham, l’Ouham-Pendé et l’Ombella M’Poko y compris Bangui. Cette action contribue à améliorer la situation sécuritaire en République Centrafricaine par la participation de la société civile au processus de réforme du secteur de sécurité (RSS).

L´objectif du projet est le renforcement des capacités des acteurs de la société civile afin d’améliorer leur participation dans la RSS et dans la lutte contre les violences. Il vise à créer un climat de confiance et à stimuler le dialogue entre les organisations de la société civile et les acteurs du secteur de sécurité, afin d’identifier et de trouver conjointement les moyens de répondre aux préoccupations sécuritaires et aux stratégies de prévention des conflits. Ce projet propose de renforcer les capacités de réseautage, dialogue et plaidoyer, ainsi que leurs relations avec les acteurs de sécurité et les autorités locales et nationales, de cinquante (50) organisations de la société civile (OSC), dont la plateforme et réseaux d’organisations non-gouvernementales (ONG), les organisations communautaires de base (OCB), les associations et les médias, pour faciliter la mise en œuvre des initiatives sécuritaires locales.

Ce projet s’inscrit dans une stratégie globale de l’Union Européenne qui consiste à appuyer la consolidation de la paix, la réconciliation nationale et la résolution pacifique des conflits en RCA. De plus, il s’aligne avec l’objectif du développement durable (ODD) 16 qui consiste à « promouvoir l’avènement des sociétés pacifiques aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place à tous les niveaux des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ».

L´annexe 1 de ces Termes de Référence contient une synthèse des approches du projet par résultat. L´annexe 2 présente le cadre logique du projet.

2. Objectifs de l’étude :

Celle-ci est l´**évaluation finale** du projet REPAC, dont l´implémentation a été finalisée le 31 mars 2022. Sa finalité est l´analyse des aboutissements par rapport aux objectifs du projet. L’implémentation de ce projet ayant été récemment conclue, cette évaluation facilitera en plus la compréhension des mécanismes conduisant vers les impacts attendus et imprévus.

Ce projet faisant partie du cœur de la stratégie de DCA en RCA, son évaluation sera l´opportunité de questionner les méthodologies, méthodes et approches et ses résultats influenceront la conception et l’implémentation des phases futures de ce projet mais également des projets similaires ou complémentaires.

L´évaluation est un moyen pour DCA de promouvoir la redevabilité et favoriser l´apprentissage par la production et le suivi de constatations et enseignements.

Cette évaluation sera diffusée auprès des équipes de DCA basées en RCA et dans le siège de l´organisation. L´évaluation contribuera à la production et gestion de connaissance et à sa capitalisation au sein de l´organisation, potentiellement influençant l´implémentation d´approches similaires sur des contextes comparables à la RCA.

Toutes les parties prenantes de ce projet auront accès aux résultats de cette évaluation et ses analyses menées de manière participative influenceront la future relation de leur partenariat avec DCA.

Finalement, cette évaluation est de l´intérêt du bailleur de fond dans la mesure qu´elle fera le point sur la pertinence stratégique de ce projet aussi bien que sur l´utilisation efficace et efficiente des fonds de l´UE.

3. Portée de l´évaluation

Cette évaluation sera menée par rapport à toute la période d´implémentation et toutes les zones ciblées par le projet, se basant sur les critères DAC tel que développés par l´OECD[1].

1. Pertinence : L´intervention répond-elle au problème ?

à Est-ce ce projet en ligne avec les besoins et priorités des communautés et individus supportés ? Est-ce que le ciblage reflète ces besoins et priorités ?**

à Comment ce projet s´adapte-t-il aux priorités de DCA, les parties prenantes, le gouvernement et les principaux acteurs de la communauté nationale et international engagée en Centrafrique ?**

à Est-ce la théorie du changement du projet et son design en accord avec les besoins et les priorités de la population cible ?**

à Quelle est la qualité de la participation des communautés et individus supportés dans le processus d´identification de ce projet et dans sa phase d´implémentation ?**

à Comment le projet s´est adapté aux changements du contexte ?**

2. Cohérence : L´intervention s´accorde-t-elle avec les autres interventions menées ?

à Est-ce cette intervention pertinente par rapport aux politiques, stratégies et objectifs de DCA et les parties prenantes de ce projet ? Comment est-ce que ce projet s´encadre dans des efforts plus globaux (nationaux et internationaux) de développement pacifique de la République Centrafricaine ?

à Comment est-ce que le projet s´encadre dans des engagements et standards liés aux droits de l´homme (y-inclut genre et âge, inclusion et non-discrimination, bon gouvernance, viabilité environnementale et lutte contre le VIH) ?

3. Efficacité : L´intervention atteint-elle ses objectifs ?

à La stratégie d´intervention et son cadre logique sont-ils structurés de manière cohérente ? Est-ce que les indicateurs du cadre logique permettent de mesurer efficacement les résultats et objectifs escomptés ?

à Est-ce que le système de gestion, suivi et évaluation que DCA a mis en place permet la mesure des aboutissements et effets désirés et inattendus de ce projet ?

à Quelles sont les aboutissements (changements observés) du projet au niveau des résultats et objectives ? Quelles sont les effets inattendus du projet ?

à Quels ont été les mécanismes ou voies causales des aboutissements à diffèrents niveaux ?

à Est-ce que les risques et hypothèses définis dans le cadre logique reflètent le contexte de l´intervention ? Quel est le rôle que ces risques et hypothèses ont joué dans l´aboutissement et effets inattendus du projet ?

4. Efficience : Les ressources sont-elles utilisées de manière optimale ?

à Est-ce que les « intrants » du projet (fonds, expertise, ressources naturelles, temps) ont été convertis en « extrants », réalisations et impacts de la façon la plus économiquement avantageuse possible, par rapport aux options envisageables dans le contexte ?

à Les ressources ont-elles été utilisées comme prévu dans la phase de planification ? Les risques ont-ils été gérés de manière appropriée ?

à Est-ce que les réalisations du projet ont été aboutis dans les délais prévus ?

à Est-ce que les résultats et objectifs du projet auraient pu être aboutis avec moins de ressources ?

à Est-ce que l´utilisation globale des ressources du projet a été correctement ajustée aux changements du contexte et priorités du projet et ses parties prenantes ?

5. Impact : Quelle différence l´intervention fait-elle ?

à Est-ce que le projet a causé ou a le potentiel de causer des changements significatifs dans la vie des communautés servies ?

à Est-ce que tous les membres de la communauté, y-inclut les groupes les plus vulnérables et marginalisés, ont bénéficié de la même manière du projet ou de la manière la plus adaptée à leur situation ?

à Quels ont été les impacts négatifs et/ou inattendus du projet ?

à L´intervention peut-elle être considérée comme transformative (de normes, institutions et système) ?

à Comment est-ce que cette intervention contribue au changement positif de la société ?

6. Viabilité/Durabilité : Les bénéfices de l´intervention sont-ils durables ?

à Quelles sont les conditions et hypothèses déterminantes de la durabilité de l´intervention ? Est-ce qu´elles ont été prises en compte dans le cadre de la théorie de changement et le cadre logique du projet ?

à L´intervention a-t-elle renforcé les institutions, systèmes et capacités en vue de créer un environnement favorable au développement des communautés supportées ? Est-ce que ces institutions ou systèmes sont plus résilients aux chocs externes comme conséquence de l´implémentation de ce projet ?

à Est-ce que des opportunités pour la continuité des effets positifs du projet ont été identifiées, anticipées et planifiées ? Les barrières ont-t-elles -été considérées ?

à Quelle est la probabilité que les impacts du projet actuellement identifiés continuent dans l´avenir ? Quels sont les risques et « trade-offs » avec le potentiel d´affecter l´impact du projet ? Est-ce qu´ils ont été pris en compte par DCA et les parties prenantes de projet ?

à Est-il possible d´identifier des impact inattendus ou négatifs du projet sur un plus long terme ?

4. Cadre méthodologique :

La méthodologie proposée devra combiner une collecte de données qualitatives et quantitatives avec un processus participatif. Une revue de littérature pointue permettra de recueillir des données secondaires pertinentes concernant les zones d’intervention. De plus, le consultant collectera les données en vue de renseigner les indicateurs d’intérêt.

Toutes les données qualitatives et quantitatives recueillies dans le cadre de l’étude doivent être désagrégées par localité géographique, âge et sexe.

Les indicateurs à renseigner au cours de cette étude sont énoncés dans le cadre logique annexé.

5. Calendrier indicatif et processus d’évaluation :

Cette étude se déroulera du 09 mai au 30 juin 2022

Phase 1 (une semaine)

§ Réunion d’information et de cadrage avec DCA et le consultant sélectionné

§ Revue documentaire

§ Préparation et validation du rapport de démarrage de l´évaluation, y-incluant la matrice de l´évaluation, sa méthodologie, les outils de collecte de données et le plan de travail.

Phase 2 (trois semaines)

§ Identification et formation des agents de collecte et pré test des outils

§ Collecte des données et informations à Bangui et sur le terrain

§ Analyse et interprétation des données

Phase 3 (une semaine)

§ Rédaction du rapport provisoire, résumé des acquis/réalisations majeurs du projet et document PowerPoint

§ Soumission de la première version du rapport et du résumé des acquis/réalisations majeurs du projet à DCA

§ Présentation des résultats préliminaires à DCA

Phase 4 (une semaine)

§ Commentaires et suggestions de DCA sur le rapport provisoire

§ Incorporation des commentaires et finalisation du rapport final

§ Soumission du rapport final d’évaluation

6. Livrables attendus :

1. Rapport de démarrage

Le rapport de démarrage détaillera la compréhension que le consultant a de l´objet et des raisons de l´évaluation. Le rapport doit expliciter comment chaque question de l’évaluation sera répondue au moyen de méthodes, les sources de données, et les procédures de collecte de données proposées. Le rapport de démarrage devra inclure une matrice d´analyse, un calendrier de tâches, d’activités et de livrables, tout en désignant une équipe membre ayant la responsabilité principale de chaque tâche ou produit.

2. Rapport provisoire

3. Rapport final

Les rapports provisoires et finaux suivront la structure suivante :

· Liste des acronymes et abréviations ;

· Table des matières

· Recommandations tirées de l´évaluation (une page) :

· Résumé exécutif (trois pages)

· Rapport d´évaluation (25 pages) :

  • Introduction et contexte
  • Portée et objectifs de l’évaluation
  • Approche méthodologique et limitations de l´étude
  • Résultats de l´évaluation
  • Conclusion et recommandations
  • Leçons apprises et bonnes pratiques

Le rapport final inclura aussi les annexes suivantes :

  • Termes de référence ;
  • Liste des documents consultés
  • Outils utilisés
  • Liste des intervenants consultés
  • Base de données de l’étude
  • Calendrier de l’étude

7. Compétences et qualifications requises :

Le consultant devra justifier des qualifications ci-après :

· Être titulaire d’un diplôme d’études supérieures en administration publique, sciences sociales ou autre discipline pertinente ;

· Avoir une expérience pertinente d’au moins 5 ans en matière de suivi et évaluation et de gestion de projets et programme similaire ;

· Une expérience avérée en matière de conduite d’études de référence au niveau international ;

· Une forte expérience dans la conduite d’évaluation de projets, en particulier dans des contextes de pays en situation de conflit ou post-conflit et démontrer une connaissance solide sur les questions de consolidation de la paix, de réforme du secteur de sécurité et de renforcement des organisations de la société civile ;

· Expérience de travail en la République Centrafricaine et/ou très bonne compréhension du contexte et les dynamiques liés au conflit et le secteur de la sécurité ;

· Excellente capacité d’analyse, de synthèse et de rédaction de rapports et bonne connaissance des méthodes de collecte, d’analyse de données et de présentation des résultats ;

· Connaissance des procédures de l’Union Européenne ;

· Disponibilité pour conduire cette évaluation de manière immédiate ;

· Parler et écrire couramment le français qui sera la langue de travail pendant toute la mission et une connaissance des langues locales est considérée comme un atout ;

8. Considérations éthiques :

Le consultant doit respecter les droits des personnes interviewées en leur garantissant confidentialité et sécurité. Le consultant s’engage à lire, comprendre et signer la politique et code de conduite DCA auxquels il devra se conformer. Le rapport de cette étude est la propriété de DCA qui décide de son usage. Les droits d’auteur reviennent à l’équipe de l’étude finale. Les deux parties (DCA et le consultant) conviennent d’observer la confidentialité sur toutes les informations liées à l’étude.

9. Modalités d’exécution :

Tout au long du processus, le consultant travaillera en étroite collaboration avec une équipe de DCA chargée de la gestion de l’étude. Cette équipe coordonnera le suivi avec l’équipe du consultant. Elle examinera et approuvera les livrables de l’étude. Une réunion de cadrage entre le consultant et cette équipe permettra d’harmoniser la compréhension des présents termes de référence et de valider la méthodologie proposée par le consultant.

Le consultant sera responsable de la logistique, de la communication et du secrétariat (impression de la documentation, etc.). Le consultant est également responsable de l’administration de tous les outils de l´évaluation. DCA facilitera le processus en fournissant les documents pertinents liés à cette étude ainsi que les contacts des partenaires et des personnes ressources.

10. Offres :

Les propositions techniques et financières devront comprendre les éléments suivants :

· Offre technique

· CV du/des membres clef de l’équipe

· Offre financière

· Un échantillon des rapports d’études finaux développés pour des missions similaires

Les candidatures sont recevables en français a l´adresses suivantes jrma@dca.dk avec copie à jkto@dca.dk et pava@dca.dk, au plus tard le 13 mai 2022 12h00 CET.

11. Annexes

Les annexes suivantes font partie intégrale de ces Termes de Référence :

  1. Résumé du projet
  2. Cadre logique
  3. Liste de préfectures et sous-préfectures ciblées par le projet.

Les candidats interessés peuvent demander les annexes a : jrma@dca.dk et pava@dca.dk en copie

How to apply

Les propositions techniques et financières devront comprendre les éléments suivants :

· Offre technique

· CV du/des membres clef de l’équipe

· Offre financière

· Un échantillon des rapports d’études finaux développés pour des missions similaires

Les candidatures sont recevables en français a l´adresses suivantes jrma@dca.dk avec copie à jkto@dca.dk et pava@dca.dk, au plus tard le 13 mai 2022 12h00 CET.

More Information

  • Job City Central African Republic
ArabicChinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish